Coronavirus: l’état du monde face à la pandémie le samedi 23 maiDurée de lecture : 8 min

Selon un comptage réalisé par l’AFP à partir de sources officielles, plus de 5 250 000 de cas du nouveau coronavirus ont été officiellement déclarés dans le monde, dont plus des deux tiers en Europe et aux Etats-Unis. La maladie est désormais responsable de près de 340 000 morts dans le monde.

  • Les cérémonies religieuses reprennent en France

Les autorités françaises ont autorisé la reprise des cérémonies religieuses ce samedi, suite à une décision du Conseil d’Etat le 18 mai. Les fidèles devront respecter la distanciation physique, porter un masque et se désinfecter les mains. À l’entrée de chaque lieu de culte, une personne devra réguler les flux. Cette décision réjouit surtout les catholiques, les autres religions envisageant une reprise plus progressive. Ainsi, alors que l’Aïd el-Fitr aura lieu ce dimanche 24 mai, la prière ne pourra pas avoir lieu dans les mosquées, compte tenu du contexte de pandémie. Le Conseil français du culte musulman précise que les cérémonies religieuses pourraient reprendre dès le mois de juin.

La vie démocratique, elle, reprend. Les conseillers municipaux désignés dès le premier tour des élections municipales (le 15 mars dernier) sont entrés en fonction ce samedi pour élire leurs maires. La France demeure le cinquième pays le plus touché au monde en nombre de morts (plus de 28 000). Le nombre de personnes placées en réanimation poursuit sa baisse, avec 36 patients de moins en 24 heures, pour un total de 1 665. S’agissant de la mortalité, la prochaine actualisation des données collectées par Santé Publique France aura lieu lundi, en raison du pont de l’Ascension.

  • Au Royaume-Uni, une quatorzaine imposée à tous les voyageurs, même français

Le Royaume-Uni, deuxième pays au monde le plus touché par la pandémie de Covid-19 (plus de 36 000 morts), a décidé d’instaurer à partir du 8 juin une quatorzaine à tous les voyageurs arrivant sur son sol. Une mesure qui sera réexaminée toutes les trois semaines. L’objectif est de lutter contre la propagation du coronavirus, et éviter un second pic, a annoncé le ministre de l’Intérieur. Quelques exceptions seront faites pour les transporteurs routiers et les personnels médicaux… Mais pas pour les Français. Le gouvernement français a annoncé se tenir « prêt à mettre en place une mesure de réciprocité ».

Le Premier ministre britannique Boris Johnson est sous pression, et les voix se multiplient pour demander le renvoi de Dominic Cummings. Ce conseiller, fervent défenseur du Brexit, est soupçonné d’avoir enfreint les règles du confinement. L’homme politique de 48 ans avait quitté Londres pour rendre visite à ses parents à Durham, dans le nord-est de l’Angleterre, alors qu’il présentait les symptômes du Covid-19. Avant cette affaire, le Royaume-Uni avait déjà connu deux démissions retentissantes pour des non-respects des règles du confinement en vigueur depuis le 23 mars (celle d’un conseiller scientifique du gouvernement et celle de la cheffe des services sanitaires écossais).

  • Déconfinement : la vie reprend en Europe

Madrid et Barcelone se remettent à l’heure espagnole. Jusqu’ici exclues du déconfinement, les deux plus grandes villes du pays pourront rouvrir les terrasses des bars, les hôtels et les musées à partir de lundi. Les touristes pourront eux revenir en juillet, et la Liga, le célèbre championnat de football, reprendra le 8 juin. L’Espagne est le quatrième pays au monde le plus touché par la pandémie.

Au contraire, l’Islande a été assez épargnée et a fait figure de modèle. Les discothèques, bars et salles de sport pourront d’ailleurs à nouveau accueillir du public à partir de lundi.

La cathédrale de Florence, en Italie, a rouvert ses portes et compte déjà des milliers de réservations. Les Romains sont eux de retour à la plage, après plus de deux mois d’enfermement. Ils peuvent nager, marcher et faire du sport, mais pas encore bronzer au soleil. Très dépendante du tourisme, Chypre va quant à elle rouvrir ses aéroports aux vols commerciaux en provenance d’une vingtaine de pays à partir du 9 juin.

  • L’Aïd el-Fitr, une fête sous contrôle partout dans le monde
  • Après Pâques, Pessah et le Ramadan passés sous confinement, c’est au tour de l’Aïd el-Fitr d’être soumis à restrictions. Cette grande fête religieuse, qui sera célébrée dimanche, permet d’habitude aux musulmans de se réunir en famille et entre amis pour la fin du Ramadan. Pas cette année. En tout cas pas en Turquie, soumise à de strictes restrictions de confinement. Les personnes de plus de 65 ans n’ont par exemple pas le droit de sortir de chez elles, mais y seront autorisées dimanche de 14h à 20h, pendant que leurs compatriotes plus jeunes passeront le premier jour de l’Aïd confinés chez eux. 
  • En Arabie saoudite, un couvre-feu total est instauré jusqu’à mercredi. Tandis qu’en Iran, le ministère de la Santé demande à ses citoyens d’éviter tous les déplacements inutiles. Le pays compte 7 300 décès depuis le début de la pandémie.
  • Dans la bande de Gaza, la vie continue : les cafés et restaurants servent toujours leurs clients, et les mosquées ont rouvert pour le dernier vendredi de l’Aïd el-Fitr. Pourtant, le nombre de cas est en forte augmentation sur le territoire (35 nouvelles contaminations en quelques jours). Un couvre-feu est cependant envisagé par les autorités. Un premier décès a par ailleurs été recensé ce samedi à Gaza. La situation s’est grandement dégradée dans l’enclave, surpeuplée et soumise au bloc israélien, depuis le retour de 1 500 Palestiniens bloqués en Égypte et d’autres venus d’Israël.
  • Aux États-Unis, Donald Trump appelle à la réouverture des lieux de culte

Très populaire auprès des chrétiens évangéliques, le président américain Donald Trump a demandé aux gouverneurs du pays la réouverture des lieux de culte. « Je considère les églises, les synagogues et les mosquées comme des lieux essentiels qui prodiguent des services indispensables », a-t-il déclaré vendredi.

Le chef de l’État a même menacé de le faire lui-même si ceux-ci ne s’y pliaient pas. Les États-Unis sont de très loin le pays dénombrant le plus de cas de Covid-19 (1,6 million) mais aussi le plus de morts (plus de 96 000). Pour honorer la mémoire des victimes, les drapeaux ont été mis en berne jusqu’à dimanche.

  • Le géant de l’automobile Hertz en faillite en Amérique du Nord

Le loueur américain de voitures Hertz, connu dans le monde entier, s’est placé en faillite. Une procédure qui ne concerne l’entreprise qu’aux États-Unis et au Canada, mais qui illustre l’ampleur de la crise économique due au Covid-19. La demande s’est effondrée pendant la période, et Hertz a déjà annoncé la suppression de près de la moitié de ses effectifs mondiaux.

  • L’Amérique du Sud, nouvel épicentre de la pandémie

L’avancée du virus sur le continent est inexorable, en particulier au Brésil, troisième pays mondial le plus touché derrière les États-Unis et la Russie, selon l’université américaine Johns Hopkins. Au moins 330 000 Brésiliens ont contracté le virus, qui a fait 21 000 morts.  L’Amérique du Sud est d’ailleurs le « nouvel épicentre » de la pandémie estime l’Organisation mondiale de la Santé. Le Pérou peine également à endiguer la progression du virus. Le confinement, en vigueur dans le pays depuis le 16 mars, a été prolongé par le président Martin Vizcarra jusqu’au 30 juin avec « isolement social obligatoire ».

  • Aucun nouveau cas en Chine

La pandémie semble endiguée en Chine. Dans ce pays, où le virus est apparu mi-décembre 2019, aucun nouveau cas n’a été recensé entre vendredi et samedi. Une première depuis que Pékin a commencé à publier des données sur l’épidémie en janvier. Au total, 82 971 cas ont été enregistrés dans l’Empire du milieu, pour 4 634 décès.

  • En Birmanie, un journaliste condamné pour une fausse information sur le coronavirus

Zaw Ye Htet, reporter et rédacteur en chef d’un site web birman, avait rapporté par erreur la mort d’un malade du coronavirus. Une faute qui lui a coûté cher : le journaliste a été condamné à deux ans de prison. Une décision qui témoigne des lois répressives toujours utilisées contre cette profession en Birmanie.

  • Au Japon, des peluches pour faire respecter la distanciation sociale

Dans le café-restaurant du zoo de Shizuoka, sur la côte pacifique de l’île japonaise de Honshu, impossible pour les clients de s’asseoir côte à côte. Une place sur deux est occupée par un capybara en peluche, cet immense rongeur originaire d’Amérique du Sud, emblème du parc animalier. Une idée originale qui oblige chaque consommateur à respecter une distanciation d’au moins 2 mètres.

Cette initiative n’est pas isolée. En Thaïlande, un restaurant de Bangkok a lui opté pour de gros jouets en forme de panda, tandis qu’en Virginie, dans le sud-est des États-Unis, ce sont des mannequins déguisés qui tiennent compagnie aux clients pour leur déjeuner.

  • La chloroquine serait inefficace selon une étude

Ni la chloroquine, ni son dérivé l’hydroxychloroquine, ne se montrent efficaces contre le Covid-19. Après une vaste étude, la revue médicale britannique The Lancet démontre même que ces molécules augmentent le risque de décès et d’arythmie cardiaque chez les malades hospitalisés. La publication scientifique recommande de ne pas les prescrire en dehors des essais cliniques.

RFI