Vingt quatre radios guinéennes sous menace de fermeture selon un rapport de la HAC.Durée de lecture : 2 min

Ce Rapport sur le contrôle des medias audiovisuels a été présenté lors d’une rencontre d’échange ce jeudi 12 avril au siège de la Haute autorité de la Communication en présence des Patrons de presse.

Il était question d’échanger avec ces patrons de medias et quelques associations de presse sur les conclusions du contrôle des radios et télévisions publiques et privées de Guinée.

« Nous avions réalisés cette mission pour contrôler les radios sur tout le territoire national. On ne savait pas ce qui se passait à l’intérieur du pays concernant les radios. On avait des rumeurs comme tout le monde et nous n’étions pas encore doté d’équipement de monitoring pouvant nous renvoyer les messages ou les contenus des radios à l’intérieur du pays, » affirme Martine Condé.

Ce contrôle qui s’est déroulé du 21 avril au 13 mai 2017, a permis de recenser 118 stations de radios dans tout le pays dont 32 communautaires et 40 commerciales.

Pour l’heure, 24 radios sont sous menace de fermeture pour manquement aux règles de fonctionnement.

« Nous connaissons les radios qui sont en règles et celles qui ont des anomalies qui peuvent être corrigés. Nous savons aussi qu’il y a des radios clandestines. Alors des mesures sont à prendre pour corriger les radios déjà en règle mais qui ont des problèmes auxquels nous allons trouver des solutions ensemble. Mais nous allons arrêter les radios clandestines. Ce sont des radios qui n’ont aucune autorisation ou qui ont fraudées pour s’installer. Nous ne pouvons pas tolérer que ces radios fassent concurrence avec des radios légalement installées», insiste t- elle.

Sanou Kerfalla Cissé président de l’Union des Radios et télévisions Libres de Guinée salue la démarche entreprise par la HAC.

Il demande aux autres membres de sa structure de se mettre en règle vis à vis des règlements de la Haute Autorité de la Communication, « nous demandons à l’ensemble de nos membres d’aller à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale, d’affilier leurs différents travailleurs à cette caisse, de régulariser le problème de redevance. Mais il faut aussi voir au niveau des impôts. »

La Haute Autorité de la Communication a également exigé aux radios communautaires de régler leur puissance d’émission à 300 watt et les commerciales à 500 watt.