Il y a un an ce 12 Octobre depuis la mise en place d’un accord politique qui peine à être appliquéDurée de lecture : 4 min

?????????????????????????????????????????????????????????

Un an après, que peut-on retenir de l’accord politique signé depuis le 12 Octobre 2016 ? Pour l’heure,  les signataires du dit document continuent de se rejeter la faute, si le camp présidentiel se félicite des avancées, l’opposition quand à elle estime que cet accord n’a pas été correctement mis en œuvre.

 

Cet accord continu à faire couler beaucoup d’encre et de salives. Si la mouvance se félicite d’une avancée progressive sur les points retenus, l’opposition qualifie le bilan mitigé. Joint au téléphone par notre rédaction, Honorable Cellou Baldé et Lansana Komara ont livrés leur version

«Le  bilan est un peu mitigé, nous sommes d’une part un peu satisfaits mais de façon global il faut dire que nous ne sommes pas satisfait. Aujourd’hui ça fait un an jour pour jour, ça depuis qu’on a signé l’accord politique inter guinéen du 12 Octobre 2016, mais il faut dire qu’il n’ ya pas eu d’avancée significative sur le plan de la mise en œuvre. C’est ce qui d’ailleurs justifie que l’opposition ait battu le pavé ces derniers temps avec la reprise des manifestations de rue. Quand on prend les points inscrits au niveau de l’accord politique et voyons l’état de mise en œuvre ,nous comprenons aisément aujourd’hui que nous sommes loin, d’atteindre même les 50% de la mise en œuvre de cet accord » a dénonce l’honorable Cellou Baldé, membre du bureau politique de l’Union des Forces Démocratiques et signataires du dit accord.

Certes il ya eu certaines avancées, comme la libération des prisonniers politique, la révision du code électoral et la fixation de la date  pour les élections communales. Mais malgré tout, l’opposition reste sur sa faim et estime que l’accord n’a pas été correctement exécuté soutien l’honorable Cellou Baldé

«Ce qu’il faut retenir, quand on parle d’un accord il s’inscrit dans le temps. Il ya des modalités, il ya des délais. Il ya qui ,qui doit le faire, quand on doit le faire et comment doit –on le faire. Alors que  quand vous prenez le premier point de l’accord concernant les élections locales, on devait les avoir  au mois de Janvier 2017, mais la CENI a annoncé une date qui nous ramène  au mois de Février 2018 c’est-à-dire une année après et là, il ya problème. Donc l’accord n’a pas été correctement mis en œuvre à ce niveau là. Quand vous prenez le point concernant l’audite du fichier électoral, un cahier de charge devrait être prêt le 30 novembre 2016, l’appel d’offre devrait être lancé et que tout le processus aboutissent a la remise du rapport provisoire au mois de Mai 2017, mais aujourd’hui nous sommes au mois d’Octobre 2017, c’est maintenant que l’avis à manifestation d’intérêt vient d’être lancé. Quand vous prenez la loi sur la CENI qui devrait être voté à l’assemblée nationale en vue de la dissolution de la présente CENI et de la mise en œuvre d’une nouvelle CENI, cette loi jusqu’à présent n’a même pas été examinée a plus forte raison être voté a l’assemblée nationale. Quand vous prenez l’indemnisation des victimes handicapés ou décédés ou les victimes de pillage, c’est aussi un dossier. Alors que ces indemnisation devraient commencées au plus tard au mois de Juin 2017 » déclare –t-il.

Du coté de la mouvance, le bilan de cet accord du 12 Octobre est globalement positif affirme le secrétaire administratif du RPG Arc en ciel:

« Le bilan est globalement positif, parce que si vous regarder bien tous les points de l’accord, on voit que l’écrasante majorité est exécutés et c’est ce qui intéresse tout bon guinéen ».

Avant de poursuivre:«L’opposition de Cellou Dalein, peut le dire ainsi, c’est n’est pas un problème d’application des accords. Nous, nous observons que cette opposition a autre chose derrière la tête. Si non comment on peut comprendre que nous somme autour de la table qu’elle se retire de façon unilatérale alors que tous les points sont à majorités appliqués et d’autres sont en cours pour dire qu’il faut MARCHER,  MARCHER, et les guinéens se posent la question d’ailleurs pourquoi cette marche ??? » réagit Lansana Komara.