CAN 2019: François Kamano, le jeune cadre de la GuinéeDurée de lecture : 3 min

L’attaquant guinéen François Kamano sera l’un des principaux atouts du Sily national qui entre dans la compétition samedi 22 juin à Alexandrie. Le jeune pensionnaire des Girondins de Bordeaux va vivre son deuxième tournoi continental après celui de 2015 en Guinée équatoriale. Rencontre.

La chaleur d’Alexandrie reste supportable en cette fin d’après-midi. La Guinée termine son entraînement non loin du centre de la ville où le bruit des klaxons et les voitures au ralenti font partie du décor. François Kamano, 23 ans, un des principaux atouts du Sily national pour la Coupe d’Afrique des nations en Égypte est bien là.

Tenter de montrer le vrai visage de la Guinée

Et contrairement à la CAN 2015 en Guinée équatoriale, l’attaquant a bien l’intention de peser sur le groupe. À condition que le Girondin de Bordeaux retrouve l’efficacité qui lui a fait défaut en deuxième partie de saison. Après huit réalisations lors des cinq premiers mois, il a terminé l’exercice sans convaincre.

Rapide, adroit, capable de jouer dans l’axe et sur les côtés, Kamano avoue avoir bien travaillé pendant la préparation de la CAN. « Face au Nigeria, nous allons tenter de montrer notre vrai visage », avance Kamano. Pourtant, la Guinée s’est inclinée en amical face à l’Egypte (3-1). Auparavant, sur le sol marocain, les hommes de Paul Put avaient vécu deux autres défaites, face à la Gambie et au Bénin. Mais tout ceci n’a pas l’air d’inquiéter Kamano. « On s’entraîne, on avance et on doit oublier ces trois défaites et retrouver une énergie positive. »

Répondre physiquement

Si la Guinée semble être dans un groupe abordable, Kamano sait qu’il faut « prendre tous les matches au sérieux ». « On est méfiant », dit l’ancien pensionnaire du Satellite Football Club de Conakry. « Il y a de la place pour faire un bon tournoi. A la CAN, il faudra répondre physiquement et on est averti par rapport aux trois derniers matches », avoue François Kamano qui compte sur Naby Keita pour rassurer, jouer les « grands frères », et faire vivre le groupe.

De son côté, Kamano compte briller en Egypte. « A chaque match, je veux prouver que je fais du mieux possible. La CAN est pour moi quelque chose d’exceptionnel et c’est comme un rêve d’enfant quand on est appelé en sélection. J’ai hâte de commencer ». Il poursuit : « En 2015, je n’ai pas eu beaucoup de temps de jeu, c’était ma première année professionnelle à Bastia. J’ai observé, j’ai été patient. Maintenant c’est différent, je suis un des cadres de l’équipe. » En qualification pour la CAN 2019, Kamano avait inscrit deux buts contre la Côte d’Ivoire et le Rwanda (27 sélections).

À Alexandrie, le natif de Conakry a bien l’intention de « mettre les points sur les i ».

RFI