Kindia: le FNDC s’indigne après la condamnation des manifestants anti-troisième mandatDurée de lecture : 2 min

Le Front National pour la Défense de la Constitution au sortir d'une réunion.

Le Front National pour la Défense de la Constitution réagi à la condamnation des militants anti-troisième mandat à Kindia et parle d’une justice expéditive.

Ils sont Sept dont les noms suivent: Boubacar Barry, Thierno Mamadou Diallo, Mohamed Camara, Amadou Soumah, Mohamed Sylla, Mamadou Cellou Diallo et Mohamed Keita qui  ont écopé chacun d’une peine de 3 mois de prison ferme et le payement d’une amende de 500 000 francs guinéens. Leur tort était de manifester contre un éventuel troisième mandat du Président Condé lors de sa dernière visite le 04 mai à Kindia.

Outrés par cette nouvelle, les membres du Front National pour la défense de la Constitution ont condamné « avec la dernière énergie cette peine infligée aux citoyens,»  qui selon eux, ne font qu’exprimer leurs opinions sur un sujet d’intérêt national.

Le Professeur Alpha Condé ne passera pas une seule nuit  au Palais Sékhoutouréyah après le 21 décembre 2020.

Interrogé ce mercredi 08 mai, Sékou Koundouno l’un des responsables de ce mouvement anti-troisième mandat n’a pas caché sa colère face à ce qu’il appelle injustice. « nous condamnons par la plus grande énergie cette justice expéditive. Cette condamnation galvanise et remobilise toute la troupe du FNDC à continuer le combat. Nous avons compris que  l’adversaire ou l’ennemie qui se trouve en face de nous, qui veut tripatouiller la constitution guinéenne afin de satisfaire ses sales besognes, a la peur au ventre», a expliqué ce membre du FNDC, visiblement très en colère.

Une justice à deux vitesses

Sékou Koundouno «dénonce une justice à deux vitesses» . Il a en plus comparé ce cas avec celui qui s’est produit recement à Coyah, où certains opposants au troisième mandat ont été purement et simplement relaxés par la justice.  « Il faudrait comprendre que des efforts ont été faites par l’actuel ministre de la Justice mais malgré cela, certains magistrats veulent toujours rester aux ordres. Mais ce que nous pouvons vous rassurer, c’est que le collectif des avocats du Front National pour la Défense de la Constitution est en train de démonter cette parodie de justice afin de rétablir nos camarades et honnêtes citoyens dans leurs droits pour que la lutte puisse continuer », a fait savoir Sékou Koundouno.

Pour lui, ces actes ne sont que pures intimidations et ne freineront pas l’élan déjà tracé. « Ces intimidations, ces condamnations, ces menaces ne feront que remobiliser la troupe du FNDC .
Le Professeur Alpha Condé ne passera pas une seule nuit  au Palais Sékhoutouréyah après le 21 décembre 2020, car des dispositions drastiques sont en cours afin de trouver un autre locataire à ce Palais
», a prévenu Sékou Koundouno.