Procès Cheik Afan : Renvoyé à nouveau pour le 17 décembre prochainDurée de lecture : 2 min

Ce lundi 03 décembre s’est ouvert le procès de Cheick Ahmed Fofana Alias Cheick Afan au tribunal de première instance de Mafanco. Il est Accusé par la Cellule Balai Citoyen pour incitation à la violence ethnique, régionaliste, et aussi pour injure publique. Ce procès avait été pour la première renvoyé par le tribunal pour permettre à la partie civile de constituer les dossiers stipulant que le balai citoyen est bel et bien habilité à poursuivre un citoyen en République de Guinée à la demande de la défense.

A l’ouverture de l’audience, la partie civile dont l’avocat est me Salifou Béavogui s’est accentuée sur la nouvelle loi spéciale du Code de procédure pénale dans son article 10. Selon les dires de l’avocat, cet article soutient, promulgue et détermine le régime juridique de toutes les associations qui, des créations et obtention de l’agrément peut traduire en justice pour lutter contre les travers sociaux, contre les violences sexuelles, les violations des droits de l’homme et les propos incitants à la haine et à la révolte où tout ce qui est de nature à compromettre la paix et l’unité nationale.

Cet argument a été vite contredit par le parquet également qui a brandi le document fourni par le balai Citoyen portant sur sa création. D’après la procureure, ladite société civile qui s’est constituée en partie civile dans cette affaire est créé le 29 juin 2016 alors que le Code de procédure pénale indique qu’il faut pour toutes associations au moins 5 ans d’existence avant de pouvoir se constituer en partie civile dans une affaire en justice. Le parquet a ainsi demandé le rejet pur et simple du dossier pour défaut de qualité.

Quant à la défense, elle demande encore du temps au tribunal afin de bien étudier le dossier concernant la légalité effective de la cellule balai Citoyen en demandant au tribunal un report de l’audience. Ce qu’a accepté le tribunal qui a aussitôt renvoyé le procès pour le 17 décembre prochain.