Le militant de l’UFDG, Ibrahima Sory Camara comdamné à 18 mois de prison fermeDurée de lecture : 2 min

Le verdict tant attendu est tombé ce lundi 09 avril 2018. Le militant de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée, Ibrahima Sory Camara est condamné à 1 an et 6 mois de prison assorti d’une amende de deux millions de francs guinéens . Il a été reconnu coupable d’injure, de diffamation et d’outrage à lendroit du chef de l’État . Une décision que la défense rejette.
Ses avocats disent prendre acte de la décision du tribunal tout en la contestant énergiquement. Me Salifou Béavogui
« Nous acceptons la décision comme telle mais nous lattaquons immédiatement devant la juridiction supérieure qui est la cour dappel et sa chambre correctionnelle. Nous pensons que le droit n’a pas été dit mais comme ce n’est qu’une première étape, une première instance, nous nous dirigeons vers la cour dappel » a- t-il annoncé avec déception .
Très irrités par cette décision, les millitants ont aussitôt investis la devanture du tribunal pour exprimer leur colère. Pour Thierno Amadou Foula Bah, cest un innocent qui vient dêtre condamné par la justice
« Pourquoi condamner un innocent alors que les coupables sont à la maison. On avait pensé que lorsqu’un professeur de droit dirige ce pays que la justice allait triompher. Mais aujourdhui je suis meurtri, je suis déçu dêtre guinéen », lance ce proche du condamné.
Dian Diallo très en colère renchérit:
« Il n’y a aucune preuve tangible qui peut le condamner (Ibrahima Sory Camara ndlr) il ya des gens qui ont publiés sur les réseaux en disant qu’ils vont bruler le marché de Madina ceux-ci nont pas été inquiété. IIs viennent ici pour condamner un innocent, ce nest pas ça la justice » a-t-il dénoncé.
Assistant à cette délibération, le président de la délégation spéciale de la commune urbaine de Dubréka au compte de l’UFDG, Madou Makiou Sall exprime sa déception.
« Il y a deux poids deux mesures. Quand on arrive à constater qu’il y a aussi des responsables du RPG qui disent des choses plus graves que ça et on narrive même pas à lever le petit doigt pour dire quoi que ce soit. Ibrahima Sory a dit quelque chose de si minime; on le condamne à 18 mois de prison. C’est étonnant! », sest t-il indigné
Pour lheure, le condamné a été conduit à la maison centrale de Conakry où il passera sa première nuit en temps que détenu.
Moussa Moise KEITA