Odile, 13 ans : « J’ai été vendue pour devenir la quatrième épouse d’un homme de 50 ans »Durée de lecture : 7 min

Pour la Journée internationale de la fille, zoom sur le Bénin, où une fille sur dix est encore mariée avant l’âge de 15 ans malgré une législation progressiste.

Commune de Sô-Ava, au bord du lac Nokoué, dans le sud du Bénin. Pour Odile, le cauchemar a commencé alors qu’elle n’avait que 13 ans. « Je ne me doutais de rien, raconte-t-elle. Un matin, à mon réveil, ma mère m’a envoyée puiser de l’eau dans une maison voisine. Là, j’ai été agressée et enlevée par quatre hommes qui m’ont conduite dans une petite chambre. Un autre homme d’une cinquantaine d’années est arrivé, c’était une connaissance de mes parents. Il m’a informée que, désormais, j’étais sa quatrième épouse. »

Victimes de sévices sexuels, Odile finit par s’évader : « Parce que je lui résistais, j’ai été battue et isolée dans une chambre. Un matin, j’ai escaladé les palissades de ma douche et j’ai sauté dans le lac, car la maison était construite sur pilotis. Je n’ai eu la vie sauve que grâce à une embarcation qui passait. Les passagers, en route vers Porto-Novo, ont remarqué que je me débattais dans l’eau. »

Le 11 octobre, journée internationale de la fille

Depuis 2012, le 11 octobre a été désigné « journée internationale de la fille » par les Nations unies, afin de promouvoir « l’autonomisation des filles et l’exercice de leurs droits fondamentaux ». Cette année, la journée, placée sous le thème « Avant, pendant et après une crise », met l’accent sur « les millions de filles qui vivent actuellement dans des situations d’urgence ».

Cette journée « est l’occasion de rappeler que l’éducation des filles est un levier inestimable pour lutter contre l’extrême pauvreté », estime l’ONG ONE, qui souligne que neuf des dix pays du monde où les filles ont le moins accès à l’éducation sont en Afrique, le premier étant le Soudan du Sud (15,93 %), suivi par la Centrafrique (17,75 %), le Niger (21,5 %), l’Afghanistan (23,51 %), le Tchad (27,16 %), le Mali (29,28 %), la Guinée (30,35 %), le Burkina Faso (33,03 %), le Liberia (36,2 %) et l’Ethiopie (36,79 %).

Selon l’ONG, l’accès des filles à l’éducation et la poursuite de leur scolarité se heurtent à de nombreux obstacles sociaux, culturels et économiques. Dans les dix pays du classement, plus de la moitié des filles se marient avant leur 18e anniversaire et, en moyenne, une fille sur quatre est obligée de travailler, souligne notamment ONE.

Violences sexuelles

Comme Odile, une fille sur dix est mariée avant l’âge de 15 ans au Bénin, et trois filles sur dix avant 18 ans, selon une étude du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) parue en 2015. Le mariage des enfants, forcé ou non, est défini comme l’union, informelle ou légale, religieuse ou coutumière, de toute personne de moins de 18 ans. Les filles sont mariées de force par leurs parents ou tuteurs, avant même d’être physiquement ou émotionnellement matures, pour devenir des épouses et des mères.

Une fois mariées, elles sont fréquemment exposées aux violences sexuelles, physiques et psychologiques, sans pouvoir faire valoir leurs souhaits en matière de contraception et de protection sexuelle, d’où un risque élevé de contracter le sida et d’autres maladies sexuellement transmissibles. Jeanne, mariée de force à l’âge de 11 ans, témoigne : « J’ai été tellement violée par cet homme que souvent je pissais du sang. C’est après avoir été recueillie par les sœurs salésiennes que j’ai été informée, après un dépistage, que j’étais infectée par le VIH. »

Comme Jeanne, les filles victimes d’abus sexuels peuvent trouver refuge chez les sœurs salésiennes de Don Bosco ou dans les centres d’accueil et de protection des enfants, où elles bénéficient d’un accompagnement psychologique et d’un suivi pouvant déboucher sur une formation à l’artisanat ou sur un retour dans le système scolaire. « Si la victime ne peut être protégée par aucun des membres de sa famille, elle est placée en institution, où le travail sur son bien-être mental continue et où elle participe aux activités de la vie courante avec d’autres enfants, comme si elle était en famille », précise Valérie Idossou, directrice chargée de la famille dans le département de l’Atlantique.

Culture de l’impunité

Au Bénin, il existe deux principales formes de mariage des enfants. La première, coutumière, est fortement influencée par les interprétations des préceptes religieux qui perpétuent une norme sociale. Cette forme s’explique notamment par le faible niveau d’éducation et par l’existence généralisée d’une culture de l’impunité. Des parents marient leurs filles par obligation, conformément aux exigences de certaines coutumes, pour unir davantage ou préserver des liens d’amitié entre deux familles.

La seconde forme, économique, est conditionnée par la pauvreté des ménages. Au Bénin, l’expansion des poches de pauvreté, surtout en milieu rural, est une cause régulière de mariage forcé. Dans la commune de Sô-Ava, par exemple, c’est une pratique courante. Des familles y ont recours pour leur survie. « Notre père n’avait pas assez de moyens pour s’occuper de nous. Il a donc choisi de nous vendre », explique Cécile, une victime issue d’une famille nombreuse. En ce qui concerne Odile, elle a été livrée contre deux bouteilles de liqueur et 5 000 francs CFA (7,60 euros).

Au-delà des drames qu’il entraîne, le mariage des enfants a des conséquences négatives pour le développement du Bénin, car les filles ne sont plus scolarisées. Seules 51 % des jeunes Béninoises terminent le cycle primaire, un taux qui chute à 19 % dans les milieux ruraux pauvres, selon l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco). Des milliers de futures femmes sont ainsi privées des compétences, des connaissances et des perspectives d’emploi qui leur permettraient de construire un avenir prospère pour elles et leur famille, et donc de contribuer au développement économique de leur pays.

De trois à dix ans de prison

Le gouvernement est bien conscient de la situation. En décembre 2015, le Bénin a ainsi promulgué la loi sur le Code de l’enfant, votée à l’unanimité au Parlement. « Les parents qui marient leurs enfants avant 18 ans risquent un emprisonnement de trois à dix ans et une amende de 100 000 à 500 000 francs CFA [de 150 à 760 euros] », stipule le Code, au risque de rendre la pratique clandestine sans la faire disparaître. A Sô-Ava, le Centre de promotion sociale continue de recevoir en moyenne deux filles victimes de mariage chaque mois.

Pour enrayer le phénomène, le Bénin a lancé le 16 juin, en partenariat avec l’Unicef, une campagne dénommée « Tolérance zéro ». Elle a pour objectifs de briser la culture du silence, de lancer un dialogue social sur la banalisation des abus sexuels infligés aux enfants et de contribuer à la création d’un environnement protecteur pour tous les enfants.

L’ambassadrice internationale de l’Unicef, Angélique Kidjo, et celle de l’Unicef Bénin, Zeynab Habib, accompagnées par sept des plus grands artistes du pays, ont rejoint cette campagne en composant une chanson appelant, dans plusieurs langues parlées au Bénin, à dire non au mariage des enfants. Pour marquer la Journée internationale de la fille, mercredi 11 octobre, un concert gratuit est prévu samedi au stade Mathieu-Kérékou, à Cotonou.
Source lemonde.fr