Fête internationale des Femmes : ce que le Président a dit aux GuinéennesDurée de lecture : 2 min

La célébration de la journée internationale des droits des femmes s’est déroulée ce vendredi 8 mars à l’esplanade du Palais du peuple, à Conakry. Cette journée de fête a été président par le Chef de l’Etat Alpha Condé.

Dans son discours, le Président guinéen a déclaré avoir compris le cri de cœur des femmes Guinéennes avant de faire la promesse de veiller au développement des activités génératrices de revenus mais aussi, de garantir pour certaines femmes, l’accès aux crédits.
« Je pense surtout à nos femmes dans les villages, les districts, les sous-préfectures. À ces femmes de Guinée, je leur dis, vos larmes, vos souffrances, vos cris de détresse, je les perçois, je le ressens non pas seulement comme une douleur passagère, mais aussi comme un indignement à faire plus, trop de plus avec vous, pour vous, pour la Guinée ».
Pour Alpha Condé, l’émancipation de la femme par nécessairement par son indépendance économique. « Car si la femme a l’autonomie économique, elle n’acceptera pas qu’on mari sa fille de 14 à 15 ans. C’est pourquoi en dehors de ce qui a été fait, nous allons continuer à accompagner les femmes, notamment dans les domaines de l’artisanat mais aussi, des cultures maraîchers avec le développement des cultures sur serf », lance le président de la République, le regard caché par des lunettes de soleil.

Lire aussi Fête des femmes en Guinée : le face-à-face entre pro et anti troisième mandat

Concernant l’artisanat, le président guinéen promet de s’attaquer à la contrefaçon. « Aujourd’hui nous sommes fière de voir que les femmes guinéennes portent des tissus fabriqués en Guinée. Je préviens les commerçants, nous allons envoyer des inspecteurs dans tous les marchés. Tout commerçant qui sera pris en train de vendre des pagnes fabriqués de contrefaçons sera arrêté, ses biens saisis et emprisonné », prévient-il.

Après ce discours, le président Alpha Condé s’est pris un bain de foule avant d’aller visiter les stands installés sous le hall du Palais du Peuple où les expositions des certaines coopératives de femmes étaient en cours.

Moussa Moïse Keita