Affaire Port Autonome : Albairack décide enfin de rencontrer les travailleurs du PortDurée de lecture : 3 min

L’annonce a été faite ce mercredi 17 octobre à une plénière des travailleurs du port autonome de Conakry tenue dans la salle de réunion à la direction générale dudit port. Le groupe Albairack est une société Turque dont la gestion d’une partie du port a été confiée par l’État guinéen pour une durée de 25 ans. Elle veut rencontrer les travailleurs du port à travers le syndicat, même si pour l’heure rien n’a été filtré sur l’objectif de cette rencontre. Les travailleurs ont donné leur accord à leurs représentants d’aller écouter ce que diront les responsables de la société Albairack.

C’est un combat qu’ils comptent mener jusqu’au bout. Les travailleurs du port autonome de Conakry n’entendent pas baisser les bras sur la concession d’une partie du Port à la société Albairack.

Un mois seulement après sa sortie de prison, et quelques jours après son installation à l’assemblée nationale en tant que député au compte de l’UFR, Cheick Touré, secrétaire général de la délégation syndicale du port, a tenu sa première réunion avec ses pairs du port. Au menu, le groupe Albairack veut rencontre la section syndicale.

« On a été appelé par le directeur des exploitations commerciales du groupe Albairack qui voudrait nous rencontrer, c’est ainsi que je l’ai dit que ce n’est pas toi la directrice générale, tu as quelle qualité pour nous faire part de cela, tu agis au nom de qui ? Il a dit que ces agissements sont au nom de la directrice générale», Lance Cheick Touré.

Pour l’heure, Cheick Touré dit ne pas connaitre les raisons de cette rencontre mais une chose est sûre, il compte mener la lutte en dépit de son statut de député.

« Malgré ma fonction de député à l’assemblée nationale je ne pourrai pas vous abandonner, en ma qualité de secrétaire général de la délégation syndicale du port parce que c’est compatible. C’est un combat que nous sommes en train de mener jusqu’au bout», a-t-il réitéré.

Après explications des leaders syndicaux, les travailleurs à l’unanimité ont décidé de rencontres les responsables de la société Albairack. Déterminer, Cheick Touré dit ne pas craindre la prison contre vents et marées « la prison est faite par les hommes et pour les hommes, quand tu es dans ce combat il y a des risques, je suis un habitué. La chose qui peut me freiner c’est la mort(…) même si mon assassinat syndical est programmé ou mon assassinat politique, c’est pour défendre cette affaire-là au prix de ma vie. C’est une question de souveraineté », soutien le secrétaire général de la délégation syndicale du port autonome de Conakry

A noter que le jour et le lieu de cette rencontre avec le groupe turc Albairack n’a pas été dévoilé par les syndicats.