Le centre administratif de la Guinée n’a pas du tout observé ce lundi 26 février, le mot d’ordre ville  morte décrété par l’opposition dite républicaine.

Malgré la paralysie liée au manque de véhicule en banlieue, à Kaloum, les ministères, les banques  et les marchés sont ouverts. Tout se passe à la normale  comme d’habitude et les citoyens vaquent à leurs affaires quotidiennes. Mais dans certains ministères sillonnés, on pouvait remarquer l’absence des travailleurs qui n’ont pas pu rallier leurs différents lieux de travail, par faute de moyens de déplacements en hautes banlieues de Conakry .Nous a confié un travailleur au ministère des finances.

Quand à la circulation, elle était fluide et on pouvait même constater des embouteillages à certains carrefours de la commune administrative.

Coté commerce, le marché Niger n’a pas décliné la règle, les boutiques et magasins sont restés ouverts. Les commerçants que nous avions approchés nous ont confié que cette ville morte ne les concernait absolument pas.