C’est à 11 h 30 que ces femmes habillées en blanc, avec des foulards de couleur rouge autour de la tête et munies de pancartes scandant des slogans hostiles à la gouvernance de Alpha Condé a débutée au buffet de la gare à Almamayah pour se terminée devant le ministère de la justice .

<< Personne n’est au dessus de la loi, que ça soit les forces de l’ordre, que ça soit les autorités que nous sommes, ou que ça soit les responsables politiques de l’opposition ou vous mêmes les femmes, personne n’est au dessus de la loi, tout le monde doit respecter la loi, si vous voulez que ce pays avance>> martèle le ministre de la justice garde des sceaux avant de poursuivre << Concernant votre requête, je vous répondrais par écrit>> dira Me Cheick Sacko et de répondre aux personnes qui disent que la justice guinéenne ne figure que sur papier. Il réfute ces allégations mais reconnait tout de même dans la foulée la lenteur dans le traitement de certains dossier << On dit que la justice est lente, on dit que certains dossiers dorment, ça c’est vrai. Mais vous ne pouvez pas apporter la preuve que les dossiers d’assassinat, de morts suspects n’ont pas été ouvert ni à Dixinn, ni à Mafanco. Encore une fois dans notre pays, il faut qu’on dépasse les passions. Je vous demande d’ouvrir les yeux, d’ouvrir grandement les yeux et de me saisir personnellement si une plainte a été formulée devant un tribunal guinéen sur une maltraitance qui n’a pas eu de suite>> fustige les allégations de certaines qu’il qualifie de passage de mauvais guinéen. Me Cheick Sacko a promis à ses femmes qu’il prend à bras le corps de dossier.

A rappeler qu’un imposant dispositif sécuritaire dirigé par le colonel Balla Samoura encadrait cette manifestation.