Les avocats de la défense des détenus politiques avaient décidé ce mardi de rendre visite aux différents détenus politiques à la maison centrale de Conakry. A leur arrivée, ils se sont vu refuser d’accès à leurs clients par l’administration pénitentiaire. Maitre Amadou Timbi Diallo a déploré cette attitude de l’administration pénitentiaire.

Il dira, « nous sommes ici ce matin parce que nous voudrions rencontrer nos clients qui sont incarcérés ici à la maison centrale, qui sont placés en détention provisoire et donc nous sommes passés pour les rencontrer mais malheureusement nous n’avons pas pu accéder à la maison centrale et on ne nous a pas dit pourquoi ? Donc ce que nous savons ce que depuis un certain temps beaucoup de nos confrères qui sont membres du collectif des avocats sont passés ici et n’ont pas pu accéder à nos clients c’est pour cela que nous avons décidé de venir en groupe pour essayer de passer encore une fois voir si l’interdiction a été levée. Malheureusement, nous constatons qu’elle demeure encore et que nous n’avons pas accès à nos clients. Je voudrais juste rappeler qu’un détenu, qu’il soit en détention provisoire ou qu’il soit condamné, a accès à son avocat », a-t-il souligné.

Maître Amadou Timbi Diallo a, dans son intervention estimée que cet état de fait est une atteinte aux droits fondamentaux des détenus. Il affirme : « Aucun motif ne nous a été signalé, nous sommes ici à la maison centrale, il y a un régisseur qui est au courant de notre présence ici donc encore une fois je pense que c’est une atteinte grave à l’état de droit c’est une atteinte grave aux droits fondamentaux de nos clients, c’est même une atteinte grave à l’exercice de la profession d’avocat ».