La plus grande rencontre cinématographique guinéenne s’annonce à grands pas. Selon les organisateurs, ce grand événement a pour but de regrouper les acteurs du 7ème art du cinéma autour de plusieurs thématiques, dans l’optique de redorer l’image du cinéma guinéen.

Mohamed Camara acteur et cinéaste, explique le motif de cette initiative « le Salon du cinéma Guinéen est un évènement à l’image de tout autre salon dans le monde. Ce n’est pas un festival, soi-disant passant. Il se veut de réunir la majeure partie des cinéastes guinéens, en présence des autorités étatiques, des télévisions privées et publiques, mais surtout des entreprises privées. Cet événement a pour but de faire les États généraux du cinéma guinéen. Discuter de ce qui va, mais surtout de ce qui ne va pas. Parce qu’il ne faut pas se voiler la face, le cinéma guinéen est quasi inexistant. En plus, expliquer et prouver à l’État et aux entreprises que le cinéma créé des emplois et des richesses. En y investissant, il y a retour sur investissement».

Cet événement a déjà suscité beaucoup d’engouement dans le pays, mais a aussi eu le soutien moral de quelques cinéastes et journalistes à travers le monde. Notamment Benjamin Moscovici journaliste allemand, Séné Diallo journaliste du groupe Djoma média, Madoudou Camara jeune cinéaste sénégalais, Haurice Wayne de Londres, Fabienne Penneweart artiste belge etc.

Le coordinateur du projet le salon du cinéma guinéen parle de l’organisation dudit projet, «l’Office National de la cinématographie et de la photographie de Guinée ( ONACIG) et le ministère d’État en charge de la Culture, des sports et du patrimoine Historique sont nos principaux partenaires pour le moment. Il est prévu de faire une conférence, des panels, des témoignages, des tables rondes télévisées et des projections de certains films». Poursuivant, Mohamed Camara cinéaste ne mâchera pas ses mots par rapport au regard critique qu’il a pour le cinéma guinéen.

« Le 7ème art guinéen tire le diable par la queue, il faut le dire. Mais il y a quand même des cinéastes qui se battent comme ils le peuvent pour faire vivre notre cinéma. C’est le lieu de les saluer. Il faut que tout le monde se mette à l’œuvre, selon ses moyens pour rehausser ce secteur noble et qui bénéfique pour toute Nation qui le booste », a-t-il souligné.

Pour l’instant les organisateurs se battent bec et ongles pour faire vivre ce projet pour la première fois en Guinée. Face à la situation sanitaire très critique du pays, les organisateurs se réservent de donner une date à cet événement. Selon les organisateurs de ce salon du cinéma guinéen, il sera organisé chaque année et pour cette première édition, il y aura beaucoup de surprises.

Le coordinateur lance un appel à toutes les entreprises de venir associer leurs images à cet évènement qui sera retransmis en direct sur les chaînes de télévision du pays.

Veuillez contacter ce numéro pour toute collaboration 624 01 09 30