L’assemblée générale hebdomadaire du RPG Arc-en-ciel du samedi 04 mars 2018 a tourné sur la rencontre entre la CENI et le parti la veille, au siège de l’institution en charge d’organiser les élections. 

Lansana Komara, secrétaire administratif de cette formation politique a au cours de cette assemblée, déclaré que Cellou Dalein Diallo n’a jamais reconnu sa défaite pendant les élections en Guinée. Il a également fait savoir aux militants du parti que l’accusation portée par le chef de file de l’opposition sur les magistrats vise à salir l’image de la Guinée aux yeux du monde.

Tout d’abord, le secrétaire administratif a été félicité par Sékou Souapé, un autre membre du bureau politique national pour son passage qu’ils estiment remarquable à la CENI, concernant le contentieux électoral que cette institution a entame courant de la semaine avec les différents partis politiques.

Le porte-voix du parti a, à cette rencontre avec la CENI fait remarqué les manœuvres de l’opposition pour discréditer le pays aux yeux du monde, en jetant ce qu’il qualifie de tort aux magistrats. 
« Nos ennemis veulent déstabiliser notre système. Ils veulent démontrer à la face du monde qu’en Guinée il n’y a pas de loi. Et quand vous dites ça à l’extérieur, l’extérieur se méfie ; quand vous dites ça aux bailleurs de fond, les bailleurs de fond ont peur. Ils veulent montrer qu’il n’y a pas de justice en Guinée et que le juges guinéens sont mauvais, voilà leur objectif », déclare Lansana Komara avant de prendre du plaisir dans la foulée pour tirer à boulets rouge sur le président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée Cellou Dalein Diallo.

« Toutes les élections ont été contestées par le président de l’UFDG. En 2010, il a accepté les résultats du bout des lèvres, et en suite qu’est ce qu’il a fait ? Il dit qu’il va rendre le pays ingouvernable pendant la magistrature du professeur Alpha Condé. Il est sur cette voie », cri-t-il, avant d’ajouter :« L’opposition dirigée par Cellou Dalein Diallo dont nous avons en face, nous irons 10 fois avec lui, nous allons lui battre 10 fois ; il ne peut pas gagner avec nous. Et 10 fois ça veut dire quoi ? Ça veut dire 10 mandats, multipliez maintenant ça par 5, vous verrez que ça va faire 50 ans. Ce n’est pas la peine qu’il s’agite », martèle Lansana Komara.

Le secrétaire administratif du parti au pouvoir conclut en appelant les militants à la vigilance et à la culture de la paix dans le pays.