Détenu à la maison centrale depuis plusieurs semaines, le collectif de soutien au journaliste Amadou Diouldé Diallo a annoncé ce lundi une marche pacifique dans la commune de Kaloum pour dénoncer sa détention illégale.

Des heures après l’annonce du collectif, la décision de la mairie de Kaloum n’a pas tardé à tomber. Cette marche pacifique du collectif des journalistes a été interdite par l’autorité communale de la ville de Kaloum. Une décision qui, selon le 1er vice-maire de ladite circonscription est prise dans l’optique de la mesure d’urgence sanitaire édictée par le gouvernement.

«La correspondance nous a été adressé depuis le 26 mars, donc il fallait répondre au courrier aujourd’hui et quand j’ai pris vent de cela je les ai répondu (…). C’est un rappel, ce n’est pas une interdiction. C’est un rappel des mesures d’urgence sanitaires décrétées pour lutter efficacement contre de COVID – 19 dans le pays. Donc ça doit impliquer tous les citoyens au respect scrupuleux de ces mesures barrières toujours en vigueur et pour ces motifs, une telle manifestation sur les voies et place publique de la commune de Kaloum ne peut être autorisée en cette période. Nous tous on est tenue obliger à respecter ces mesures jusqu’à terme (…) ».

Le premier vice-maire de la commune de Kaloum a également rappelé que d’autres décisions d’interdiction ont été prises par l’autorité communale, dont la célébration des mariages.