Après une journée moins agitée par la manifestation du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) de 2010, une manifestation axée sur le départ du président Alpha Condé au pouvoir ce lundi à Conakry. Le FNDC a été empêché par les autorités d’envahir les rues de la Capitale, mais malgré cela quelques quartiers ont enregistré des émeutes entre citoyens et forces de l’ordre. Au lendemain de cette journée du 20 juillet, Ibrahima Diallo le chargé des opérations au sein du FNDC, s’est exprimé sur les ondes du groupe Hadafo médias sur le quoi règne le pouvoir Condé.

« Le pouvoir de M. Alpha Condé ne tient qu’à deux choses aujourd’hui : c’est la banque centrale, parce qu’il y’a des milliards pour acheter la conscience des citoyens, et parfois, des cadres qui n’ont plus de moralité et de dignité pour leur proposer à des postes de responsabilité en vue de soutenir le troisième mandat. La deuxième chose, c’est les forces de défense et de sécurité où une bonne partie est équipée, armée pour réprimer la manifestation », explique t-il.

Selon Ibrahima Diallo, cette journée du 20 juillet n’est que le commencement des séries de manifestations pour exiger le départ du président Alpha Condé à la tête de la nation guinéenne.