Les frais du ‘’ hadj’’ connaîtront une augmentation cette année.L’annonce a été faite ce jeudi 15 février par le secrétaire général des affaires religieuses au cours du Conseil des ministres.

Pour Aly Jamal Bangoura, cette augmentation est due à la hausse du prix du carburant en Arabie Saoudite, de la TVA et de l’augmentation du prix du carburant à la pompe en Arabie Saoudite. Il a également déclaré que 9 000 places ont été accordées à la Guinée par les autorités saoudiennes. « Ces 9000 places sont exclusivement réservées aux pèlerins guinéens et la partie guinéenne n’est pas autoriser à créer un visa de ce cota à un étranger ». «Pour toute révision liée à la baisse de ce cota, les autorités guinéennes doivent saisir par écrit le ministère saoudien en charge du Hadj, au plus tard le 13 juillet 2018 », annonce-t-il.

Il a par ailleurs affirmé que le payement des services généraux et du transport terrestre est effectué par la voie du système électronique du Hadj. Selon lui, plusieurs recommandations ont été faites notamment pour le renforcement des mesures pour assurer le retour en Guinée de l’ensemble des pèlerins après l’accomplissement de leurs obligations religieuses. Cela, pour éviter l’immigration clandestine.

Les pèlerins seront également sensibilisés sur la limitation de leurs bagages en main non seulement à l’embarcation, mais aussi dans l’avion. L’année dernière, c’est-à-dire en 2017, les pèlerins guinéens ont déboursé 40.672.000 GNF pour accomplir le cinquième pilier de l’islam. Et cette année, ils doivent devoir serrer la ceinture.