Dans un entretien accordé à votre site d’information guinée diversité.com ; le coordinateur de l’agence de la sécurité sanitaire a déclaré que l’épidémie Lassa n’existe pas en Guinée contrairement à ce qu’avait annoncé le gouvernement libérien dans un communiqué. Dr Sakoba Keita affirme après cette annonce de la république voisine que des investigations ont été menées par des spécialistes de la santé dans la préfecture de Yomou citée par le Libéria mais qu’elles n’ont rien révélées.

« Au faite, Lassa n’est pas en Guinée mais nous avions été saisi par le ministère de la santé de la république sœur du Liberia de la survenue d’un cas de Lassa dans la préfecture de Ganta qui est voisine à la préfecture de Yomou depuis le 9 janvier dernier. Donc, celle-ci est décédée le 12 janvier, c’est par la suite que nous avions envoyé dans la préfecture de Yomou une mission d’investigation mixte composée des techniciens de l’Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire, du laboratoire de la fièvre hémorragique de Donka et de l’organisation mondiale de la santé. Donc cette équipe a sillonnée les districts concerné de Yomou principalement dans la sous préfecture de Guieké à la recherche d’éventuel cas et de recenser les contacts. Dans l’ensemble ils n’ont pas trouvé de cas suspect mais ils ont recensés 27 personnes qui avaient eu des contacts avec cette femme qui a quitté notre pays et même une de ses sœurs qui a participé à l’enterrement. Donc, ces 27 personnes ont été prélevées dont les échantillons ont été examinés dans double laboratoire à Kindia et à Conakry et tous les résultats se sont révélés négatifs, c’est pour cela que nous ne pouvons pas affirmer tant que le laboratoire ne met pas en évidence et qu’il ne nous mets pas les malades en mains nous ne pourront pas nous prononcer sur une quelconque épidémie en république de Guinée » Explique ce spécialiste en épidémie.

Selon le coordinateur d’ANSS les Rats seraient l’unique moyen de transmission de cette fièvre Dr Sakoba Keita annonce qu’une campagne de sensibilisation est déjà enclenchée dans la préfecture pour éviter toute infection

« Cette maladie a la caractéristique d’être transmise à l’homme à travers les déjections et les urines des rats et nous savons beaucoup de zone en Guinée on à des rats, il y’ en a même certains qui le consomme. Donc en cette période ; on a basé la sensibilisation vers Guieké et toutes les populations ont été sensibilisées sur la consommation de rats et sur l’assainissement.  Je crois que chacun d’entre nous doit chercher des raticides pour éloigner les rats de son domiciles et donc l’unique moyen de transmission à l’homme c’est à travers les rats et à travers un malade déjà qui manifeste la maladie à travers ces déjections comme le faisaient d’autres maladie que nous avions connues »

Parlant des symptômes de la maladie Dr Sakoba Keita indique

« C’est les fièvres ; des courbatures c’est vers la fin que l’individu commence à saigné par le nez, par l’anus et c’est ce qui conduit généralement à la mort, donc c’est la ou ça ressemble un peu à Ébola. Mais le Lassa est moyen dangereux qu’Ébola parce que le taux de mortalité relevé ne dépasse pas généralement les 20 % alors qu’Ébola était dans les 80% et en plus, sur 100 personnes qui ont le virus Lassa il ya que 20 qui développent la maladie et 80% de façon naturelle sont résistant à cette maladie » révèle le coordinateur de ANSS

Concernant les dispositifs sanitaire en cas de la surgit de cette maladie, Dr Sakoba Keita précise la Guinée est prête à ripostée aux épidémies actuellement.