Dans la commune de Matam l’accès à la salle de compilation de la commission administrative de  centralisation des votes est interdit même aux journalistes. Face à toute demande d’autorisation d’accès, les agents de l’unité spéciale de sécurisation des élections (USSEL)  répondent que les membres de cette commission ne doivent pas être dérangés.

Ce mercredi, le dispositif de sécurité autour de la salle de centralisation du vote de la commune de Matam ne laissait rien passer. Deux pics up bloque les accès de part et d’autres à la commune de Matam. Même les piétons sont obligés de faire un détour. Un gendarme qui filtre les mouvements nous a dit que nous ne pourrons pas avoir accès à la salle. Il dit que les membres de la commission administrative de centralisation des votes travaillent et qu’ils sont en retard par rapport au délai. Il nous a aussi confié que ce dispositif est mis en place pour prévenir toutes violences sur les lieux et  l’encombrement de la mairie. Ce dispositif suscite cependant des interprétations. Certains le trouvent normal pour sécuriser le processus. Mais, d’autres mettent carrément en cause la sincérité des membres de la commission administrative de centralisation du vote. Selon eux on ne doit pas interdire l’accès à ce lieu aux journalistes dans l’exercice de leur profession. Selon des sources concordantes, tous les lieux de centralisation des voix dans les cinq communes sont quadrillés et interdit aux journalistes. Ce que l’opinion trouve quelque peu déconcertant.