Des étudiants de l’université Général Lansana Conté de Sonfonia ont  manifesté ce jeudi. Ils protestent contre la hausse du prix de l’inscription et la réinscription pour cette année universitaire.

Selon Kabinet Keita , président de l’association scolaire et estudiantine de Guinée,  membre de la coalition pour la défense des droits des étudiants , le département peut résoudre le problème.

« Nous avions plusieurs fois demandé aux autorités de revoir à la baisse le prix d’inscription et de réinscription dans les universités publiques. Le lundi dernier nous avions rencontré le ministre de l’enseignement Supérieur et de la recherche scientifique, et les pourparlers ont tourné autour de cette question. Mais le ministre se dit incompétent de trancher sur ce sujet. Alors les camarades non pas compris cet état de fait, et pourquoi aujourd’hui nous sommes en train de manifester et ça dégénérer. Il y a eu l’intervention des forces de sécurité , nous voulons que les frais d’inscription et de réinscription soient revus au moins à 50.000 Gnf, au lieu de 250.000 Gnf la licence 1 et 210.000 Gnf pour la licence 2 et 3 », a-t-il souligné.

La tension est vive entre force de l’ordre et étudiants manifestants. Kabinet Keita indique que si rien n’est fait dans les heures qui suivent , les étudiants poursuivront la manifestation par une résistance Pacifique.

« Si nous ne sommes pas entendus, nous passerons à une résistance Pacifique. C’est vrai que nous déplorons la violence qui se passe ce matin, ne ressemble pas au milieu scolaire. Mais de toute façon l’autorité devrait prévoir tout cela en amont. L’autorité de l’université a voulu nous rencontrer le matin, mais puisqu’il avait un nombre important de personnes dehors, c’était impossible de les rencontrer en ce moment , il a fallu l’intervention des forces de l’ordre. Maintenant là je pense que le dialogue est rompu et il nous faut une autre occasion », précise Kabinet Keita.