Le pool d’avocats des détenus politiques a dénoncé des graves violations des droits de la défense par le pool de juges d’instruction du dossier. A rappelé que ces leaders ont été arrêtés au lendemain de l’élection présidentielle du 18 octobre dernier.

Ce collectif d’avocat était face à la presse ce mercredi 24 février 2021 pour rappeler les raisons qui ont de la suspension de leur participation à la procédure.

« Après plusieurs mois d’observation de ces différentes procédures le 9 février 2021, le collectif a relevé avec regret le caractère fallacieux des chefs d’accusation, les arrestations arbitraires prolongées et de surcroît la violation répétée et intolérable des droits de la défense. A la suite de ce constat, le collectif a relevé qu’il ne faisait plus l’ombre d’aucun doute que notre justice plus soucieuse de satisfaire aux réquisitions du ministère public qu’à la manifestation de la vérité entraîne inéluctablement l’opinion nationale et internationale vers une parodie de justice que le collectif ne saurait en aucune manière cautionnée, parce que c’est une parodie de justice », A-t-il rappelé.

Et poursuivre :

« En réalité le collectif ne saurait s’associer à une procédure judiciaire déjà biaisé précédant un procès inéquitable dans lequel le collectif estime que les peines à distribuer sont déjà programmées ».

Le collectif a par conséquent fait une révélation, selon maître Salifou Béavogui ses clients sont Soumis à des interrogatoires de fond.