Notre rendez-vous quotidien pour mieux comprendre l’épidémie de Covid-19, une maladie dont il n’existe toujours pas de traitement, ni curatif, ni préventif. Sur ce volet, la recherche d’un vaccin progresse même si on le sait, il faudra encore attendre avant qu’il soit disponible. Le besoin de trouver rapidement un vaccin se fait, en tout cas, de plus en plus criant.

Publicité

Avec certains pays, de plus en plus nombreux à mettre en place le déconfinement ou à y réfléchir, l’opération inédite est risquée car la crainte d’une deuxième vague épidémique est bien là.

En l’absence de vaccin, on compte beaucoup sur le concept d’immunité de la population.

Pour l’obtenir, il faut deux choses : les personnes qui ont été malades et des malades dont l’organisme a appris à combattre le virus mais il reste beaucoup d’interrogations sur ces deux points.

On estime tout d’abord qu’entre 70 et 80% de la population d’un pays doit avoir été en contact avec la maladie pour constituer une telle immunité collective. Les dernières indications semblent doucher cette stratégie. En France par exemple, on est très loin de ces chiffres. Selon une étude de l’institut Pasteur, seuls 6% des Français auront été infectés par le coronavirus le 11 mai, date prévue du déconfinement.

Il y a encore des doutes également sur la mémoire immunitaire de nos organismes. Combien de temps notre corps se souvient-il de la façon de combattre le Covid-19 ? on ne le sait pas encore, probablement pas aussi longtemps que l’on pourrait l’espérer.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

S’abonner

Si cette immunité de population n’est pas garantie, le vaccin est la seule solution pour éviter de nouvelles vagues épidémiques, si on ne veut pas multiplier les séquences de confinement.

Développer un vaccin prend beaucoup de temps.

L’idée d’un vaccin c’est d’apprendre à notre corps à combattre une maladie pour qu’il soit prêt le jour où il est en contact avec le virus. La méthode utilisée, c’est donc de mimer une attaque, notre organisme va y répondre et s’entraîner.

Le problème, c’est que pour mimer une attaque, il faut vraiment comprendre comment la maladie s’y prend : il faut la connaître en détail et pour un virus émergent comme ce nouveau coronavirus, cela prend du temps.

RFI