Le leader du parti de l’Union des Démocrates pour la Renaissance de la Guinée en abrégé (UDRG) était ce jeudi 27 Août, face à la presse à la maison commune des journalistes. Il était question pour lui, d’élucider la participation de son parti à l’élection présidentielle du 18 octobre prochain.

« L’Union des Démocrates pour la Renaissance de la Guinée (UDRG) a décidé de ne pas participer à l’élection présidentielle prévue le 18 octobre prochain en Guinée. Comme vous le savez UDRG et membres du FNDC et nous avons été au cœur de la lutte pour s’opposer à l’approbation de la constitution de 2010. Nous nous sommes abstenues également de participer aux consultations législatives du 22 mars 2020. La question que nous pouvons se poser aujourd’hui est que les raisons qui ont motivé les décisions de la non-participation sont-elles devenues caduque? », Précise bah Oury président du parti UDRG.

Poursuivant, le premier responsable de l’Union des Démocrates pour la Renaissance de la Guinée, s’est aussi prononcé sur la question du fichier électoral, il affirme : « après la tenue du référendum anticonstitutionnel de mars 2020 et autres textes qui est différent de celui qui a été promulguée comme étant la constitution de la Guinée. Par rapport au processus électoral, le fichier électoral est notamment corrompu, les éditeurs de L’O.I.F et de la CEDEAO l’avaient déjà attesté. Alors l’utilisation de ce fichier est une atteinte grave aux principes du droit de vote reconnus à tous les citoyens et un caractère discriminatoire à l’égard des citoyens guinéens résident à l’étranger et un autre facteur aggravant et clivant des dysfonctionnements structurels de la société guinéenne . Les élections projetées constituent une violation des normes de la CEDEAO et l’Union Africaine ».